McLaren Mercedes - Saison 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

McLaren Mercedes - Saison 2010

Message par Pablo Heisenberg le Ven 7 Oct - 13:32


R01/10 - GRAND PRIX DU CANADA - DEBRIEFING

PABLO HEISENBERG - QUALIFICATIONS : P3 / COURSE : P9 (DNF)
KIMI-FERRARI - QUALIFICATIONS : P5 / COURSE : P6 (DNF)


________________________


Le lancement de la saison était attendu depuis plusieurs semaines et il a enfin eu lieu au Canada sur le circuit Gilles-Villeneuve. Pour ce baptême, l'écurie britannique était au centre des attentions avec son statut de champion du monde pilote et constructeur. 

Après une course test à Hockenheim où Pablo Heisenberg semblait presque "facile", la première manche du championnat lui semblait promise tant la McLaren Mercedes était à l'aise sur les tours rapides ou bien sur les longs relais en terres allemandes. C'était sans compter sur le retour d'un Fredyoh qui démarre sa saison comme un boulet de canon en signant la première victoire de sa carrière à Montréal et les problèmes de fiabilité qui sont venus toucher les hommes de Woking qui étaient passés entre les gouttes jusque-là.

En qualifications, la bataille pour la pôle s'annonçait terriblement serrée avec pas moins de 4 pilotes - sur 4 écuries différentes - pouvant prétendre au Graal : Pablo Heisenberg, Robin, Can Yildiz et Fredyoh. « On se doutait que les chronos des qualifs seraient moins rapides que ceux affichés en essais libres. Sur sa tentative Pablo avait quasiment 2 dixièmes d'avance sur le chrono de Fredyoh après le S2. Malheureusement il est mal ressorti de la dernière chicane et a mis les roues dans l'herbe. P3 n'était pas l'objectif mais c'était pas non plus catastrophique pour nous. Avec Kimi P5 on pouvait prétendre à un bon résultat ici. » déclare Paddy Lowe. La dernière fois qu'Heisenberg ne s'était pas élancé de la pôle position - excepté l'absence du pilote McLaren au GP de Hongrie 2008 - remonte au GP du Japon lors de la saison 2007 en avril 2015 !

En course, contrairement à la course test, Heisenberg prend un très bon départ en prenant le dessus sur Robin et sa Ferrari qui restent scotchés sur la grille. Dès lors s'installe très rapidement un duel à 3 entre Fredyoh, Heisenberg et Robin. Après plusieurs boucles, le vice champion en titre part à la faute en tapant dans le fameux « Mur des Champions » 

La course prend donc le scénario d'un mano à mano entre la Virgin et la McLaren Mercedes sur les 25 premiers tours où l'écart ne dépassera jamais la barre de la seconde. « Fredyoh pilotait très bien et commettait quasiment aucunes erreurs. Avec ces châssis, il est plus difficile de suivre quelqu'un de près. Cette année, être en tête est encore un plus grand atout que la saison passée. Il était mieux que nous dans le S1 mais on revenait bien dans les autres secteurs. La stratégie initiale était de faire un premier relais assez court pour ensuite rallier la fin avec les pneus durs. Mais quand on a vu que ça allait être compliqué de dépasser Fredyoh, on a pris la décision de prolonger le relais et tenter l'undercut sur la Virgin. » Tentative manquée puisque Fredyoh s'arrêtera 1 tour plus tard et conservera la tête de la course jusqu'au bout. « Notre erreur a été de vouloir mettre les durs. Pablo n'a pas pu attaquer comme il le souhaitait dans son tour de sortie. Il faut plusieurs tours à ces gommes pour bien monter en températures et devenir compétitives par rapport aux tendres. » indique le directeur du team Martin Whitmarsh. « Après l'arrêt de Pablo la stratégie était de maintenir un écart entre 2 et 3 secondes pour obliger Fredyoh à conserver un rythme élevé et l'attaquer en fin de course en tirant avantage des durs par rapport aux tendres. »

Néanmoins les hommes de Woking n'auront pas le temps d'abattre leurs cartes. Le bloc Mercedes de Pablo part en fumée au 28ème tour après Tutur et Coyote Blanc plus tôt dans le grand prix. L'abandon d'Heisenberg laisse donc piste libre à Fredyoh qui ne sera plus jamais inquiété jusqu'au drapeau à damier. Kimi-Ferrari qui occupait la 3ème place après l'abandon de son coéquipier a été prévenu des éventuels soucis techniques que pourraient avoir sa monture et malgré tous les efforts du pilote belge pour ménager sa voiture, la seconde McLaren Mercedes est au tapis dans le 42ème tour sur problème moteur également.

Ces nombreux soucis mécaniques ont fait réagir pas mal de pilotes après course et Pablo Heisenberg semble avoir déjà une opinion assez forgée sur la question « Nous allons analyser ce qui c'est passé. Nous pensions avoir appris des enseignements d'Hockenheim où nous avions assistés à une véritable hécatombe - 8 abandons sur casse moteur - mais malgré des réglages plus conservateurs au niveau des températures, ça n'a pas tenu. Ces voitures semblent très fragiles vis-à-vis de la saison passée. Peut-être même un peu trop à mon goût... » estime le champion en titre. « Quand vous voyez qu'en seulement 2 courses il y a eu 14 abandons sur casse moteur, c'est que ce n'est pas un problème localisé sur uniquement une ou deux équipes et/ou des réglages similaires, cela peut réellement tomber sur n'importe qui. Pour anecdote, après la course, Kimi m'a dit que quand il avait apprit mon abandon il avait réglé sa cartographie moteur sur 2-3 pour aller au bout sans rencontrer de pépins. Il a juste prolongé sa vie en piste de 14 tours. Au final, le résultat a été le même que pour moi : casse moteur. Regardez aussi la fin de course de Robin, il a énormément économisé son moteur durant une bonne partie du grand prix et il termine à la limite... C'est un peu l'épée de Damoclès qui menace toutes les écuries et si c'est le cas, des changements doivent être effectués. Je vais être honnête : faire des courses de F1 à l'économie en jouant les robots qui bidouillent leurs cartographies moteurs à chaque tour ne m'intéressent pas. Si cette saison doit se jouer sur les boutons du volant et non pas au pilotage pure et simple, ma motivation ne sera clairement plus la même pour continuer jusqu'à la fin. » 

Lorsqu'on demande au pilote McLaren si cette vision des choses n'est pas légèrement altérée par le fait qu'il semble moins en position de force par rapport à la saison passée, le pilote de Woking rétorque illico « Tous les gars du championnat qui me connaissent bien savent que je suis de ceux qui souhaitent des écarts faibles entre les pilotes et voir des bagarres en piste. Ma prise de position vis-à-vis des soirées d'essais à Hockenheim en témoigne. Fredyoh a fait un superbe grand prix et sa bagarre avec lui était vraiment sympa. J'ai pris du plaisir à piloter jusqu'à ce que mon moteur lâche. J'espère qu'il savoure sa 1ère victoire, c'est toujours un moment spécial. Il la mérite largement. Bravo encore à lui. Le problème n'est donc pas un complexe de supériorité ou une connerie du genre, je dis juste que tous ces soucis mécaniques semblent intrinsèquement liés aux voitures et non pas au pilotage et/ou réglages, c'est en tout cas ce que les faits nous montrent. »
avatar
Pablo Heisenberg
Admin

Messages : 454
Date d'inscription : 25/11/2014
Age : 24
Localisation : Côte-d'Or (21)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: McLaren Mercedes - Saison 2010

Message par Fredyoh34 le Ven 7 Oct - 23:30

J'ai pris tout autant de plaisir à voir une voiture argentée se balader de gauche à droite dans mes rétros pendant plus de 20 tours, dommage que ton moteur ait laché si tot, ta stratégie avait l'air sympa, mais çà aurait pas marché Razz Razz Razz Razz Razz Razz
avatar
Fredyoh34

Messages : 41
Date d'inscription : 20/10/2015
Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: McLaren Mercedes - Saison 2010

Message par Pablo Heisenberg le Mer 19 Oct - 16:39


R02/10 - GRAND PRIX DES ÉTATS-UNIS - DEBRIEFING

PABLO HEISENBERG - QUALIFICATIONS : P1 / COURSE : P1
KIMI-FERRARI - QUALIFICATIONS : P6 / COURSE : P3

________________________


Plus de 15 jours après une grosse déconvenue chez le pays voisin où Heisenberg et Kimi-Ferrari ont dû abandonner suite à des casses moteurs sur le tracé Gilles-Villeneuve, McLaren Mercedes se devait de redresser la barre sur le circuit d'Austin au Texas pour éviter de perdre trop de terrain sur ses plus proches adversaires en ce début de saison. Week-end presque parfait puisque les hommes de Woking terminent tous les deux sur le podium et s'emparent de la tête du classement des constructeurs. 

Il y a 3 semaines, Fredyoh et sa Virgin mettaient un terme à la longue série de pôles positions d'Heisenberg. Pour la 1ère édition à Austin, la hiérarchie semble avoir été complètement chamboulée avec l'apparition de gros écarts entre les hommes de tête en comparaison du Canada. Pablo Heisenberg signe la pôle position avec une seconde d'avance sur Can Yildiz et sa Mercedes et relègue Fredyoh - 3ème - à plus d'une seconde et demie. « C'est assez étrange je dois avouer... » nous confie Jacques Villeneuve « Je pense que la nature du tracé y est pour beaucoup. A Hockenheim, Pablo faisait réellement la différence dans les portions sinueuses du circuit, tout comme à Austin. Montréal est à l'inverse, traditionnellement un tracé qui a tendance a resserré les écarts car il y a peu de virages où les pilotes peuvent réellement faire la différence. Il s'agit surtout d'accélération/freinage. La saison dernière on se souvient que la McLaren était moins dominatrice sur les circuits avec des virages lents et qui demandaient une bonne traction. Cette année ils semblent avoir résolu ce problème tout en ayant conservé les qualités de la voiture précédente. Cette MP4-25 est une voiture très bien née. »

Au départ, le champion en titre s'élance moins bien que la Mercedes de Can Yildiz. Néanmoins, le pilote turc est un peu trop gourmand sur le freinage du 1er virage et voit la McLaren Mercedes d'Heisenberg le recroiser et récupérer la place de leader. « Nous avions fait le choix de rouler avec beaucoup d'appui. On rendait entre 10 et 20 km/h dans la ligne droite, nous savions que le départ conditionnerait toute notre course et qu'il était encore plus important de bien s'élancer ici qu'ailleurs. Heureusement Can a freiné un peu trop tard et j'ai pu le croiser. Je crois sincèrement que notre course aurait été clairement différente si la Mercedes serait restée devant nous. » avoue Heisenberg. 

Très rapidement 2 groupes se créés : Heisenberg/Yildiz et les autres. « Yildiz nous a donné pas mal de fil à retordre, c'est clair ! Il nous a surtout inquiété sur le 1er relais. Pablo avait pour consigne d'attaquer dans les premiers tours pour creuser un écart qu'on pourrait ensuite contrôler. C'est toujours plus simple de gérer une course lorsque vous avez un matelas de 3-4 secondes d'avance sur votre plus proche poursuivant. » explique l'ingénieur de Pablo. Mais suite aux défaillances rencontrées sur les terres canadiennes, l'économie a été le leitmotiv des hommes de Martin Whitmarsh. « On s'est très vite rendu compte que Yildiz économisait moins son moteur que le nôtre. Mercedes a sans doute voulu nous mettre sous pression et nous forcer à augmenter la puissance moteur mais nous nous en sommes tenu au plan initial et tout a parfaitement fonctionné. »

Heisenberg n'est pas le seul à avoir brillé sur le sol américain. Son coéquipier a également fournit une prestation de haute volée en terminant 3ème avec en bonus un dépassement sur DromEd dans le dernier tour. « Je suis très content pour Kimi et pour toute l'équipe. Sur cette course nous avons montré que si les problèmes de fiabilité ne s'en mêlaient pas, nous étions très compétitifs. On a su profiter des contre-performances ou des abandons de nos adversaires pour revenir, d'une certaine façon nous avons rendu la monnaie de notre pièce de Montréal. On a fait un choix aéro qui était risqué mais ça a payé. La voiture était encore mieux qu'au Canada et ça c'est bon pour la confiance. Cela dit il reste encore des choses à améliorer notamment au niveau de la fiabilité des voitures... » souligne le vainqueur du grand prix. En effet, cette fois ce sont les moteurs de AzeOnAir et Tutur qui n'ont pas tenu. Lors de la conférence de presse d'après course, beaucoup de pilotes ont expliqué qu'ils étaient à l'économie pendant plus d'une heure pour éviter de voir leurs moteurs partir en fumée. « Honnêtement je n'ai jamais autant piloté à l'économie. Même lorsque j'ai participé au championnat d'endurance avec Kimi, nous économisions encore moins que cela alors que les courses duraient 4 à 6 fois plus longtemps ! » déclare Heisenberg. 

Cela dit la FIA et la direction de course semble avoir pris note des observations des pilotes et une modification des moteurs et de leur fiabilité a été autorisée en début de semaine. Cette légère retouche a pour but de permettre aux pilotes d'attaquer un peu plus et d'utiliser davantage toute la performance de leurs voitures. Réponse la semaine prochaine à Silverstone. 
avatar
Pablo Heisenberg
Admin

Messages : 454
Date d'inscription : 25/11/2014
Age : 24
Localisation : Côte-d'Or (21)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: McLaren Mercedes - Saison 2010

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
<Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit